Le CICE est un succès.

Le CICE crée peu d’emplois : environ 120 000.

« Selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), le Crédit impôt compétitivité emploi (Cice) aurait permis de créer ou de maintenir 120 000 emplois depuis sa création en 2013. »
Source : http://www.gref-bretagne.com/Actualites/Revue-de-presse/Cice.-120-000-emplois-maintenus-ou-crees-selon-l-OFCE

Dans une étude, la Dares explique que l’impact sur le salaire de base est réduit (ou négatif), dans une étude sur « l’effet du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) sur les salaires de base » :

« Les résultats ne mettent pas en évidence d’effet significatif du CICE sur la dynamique des salaires de base depuis 2013 (que ce soit au niveau de l’entreprise ou par catégorie socioprofessionnelle). Cette étude n’exclut pas cependant que le CICE ait pu avoir un effet positif, mais le cas échéant celui-ci aurait été compensé par d’autres facteurs ayant joué à la baisse sur les salaires de base des entreprises les plus fortement impactées par le CICE et intervenant de manière concomitante au CICE« .

L’OFCE indique une hausse sur les salaires (+0,7 %). Les entreprises ont pu privilégier une hausse des primes ou de la rémunération variable pour se protéger d’une diminution ultérieure du montant de ce crédit d’impôt.

Mais, le CICE est une réussite sur l’investissement.

Parmi l’Espagne, l’Allemagne, l’Italie et la France, le seul pays où l’investissement dépasse de manière notable le niveau d’avant-crise est la  France.

emploi-graphique

Source : Natixis (https://www.research.natixis.com/GlobalResearchWeb/main/globalresearch/ViewDocument/0s5-4FyCMYjRS38Exb0jBA==)
La France est la graphique en haut à droite. L’investissement est la courbe la plus foncée.

En résumé, on constate peu d’effet sur le nombre d’emplois, un effet quasi-nul sur les salaires et un effet très positif sur l’investissement.
Il est probable qu’une diminution supplémentaire du coût du travail aura un effet négligeable sur l’investissement, puisque l’investissement est déjà haut.
Il n’est donc plus nécessaire de continuer la baisse du coût du travail.

Mais revenir sur le CICE serait une erreur, car cela casserait la dynamique positive sur l’investissement.

:

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s