#brexit : quelques constats et un espoir…

Premier constat, comme en France et dans tous les pays, il y a des apprentis sorciers du scrutin. Les plus néfastes sont les politiciens. Dès le lendemain du vote, Nigel Farage admet qu’un des arguments de la campagne du « Leave » était mensonger. Ensuite, ce sont les partisans du « Leave », Boris Johnson en tête, qui commencent à ralentir, modérer leurs propos : « Il n’y a pas besoin de se précipiter » (« it is vital to stress there is no need for haste« ). L’Union Européenne était une catastrophe, mais il est maintenant urgent d’attendre. Les partisans du « Leave » ont menti avant, mais ils mentent maintenant en considérant qu’on peut prendre le temps. Lorsqu’on prend une telle décision, il faut maintenant aller vite, pour éviter l’incertitude.

Mais, comme ailleurs, les électeurs sont complices : les recherches Google pour savoir ce qu’est l’Union Européenne (« What is EU ») ont fortement progressé après le vote. Enfin, de nombreux électeurs ont confondu ce référendum, avec un référendum pour ou contre l’immigration… Quelques électeurs du « Leave » regretteraient déjà leurs choix…

Second constat, le résultat n’est pas si marginal. Le « Leave » gagne à 51,9, alors que le « Oui » à Maastricht n’avait obtenu que 51 %. La participation dépasse celle du résultat sur Maastricht. Mais, si le résultat n’est pas marginal, il marque une rupture générationnelle, territoriale et identitaire. La division générationnelle est nette. Le camp du « Leave » progresse avec l’âge. La division territoriale est claire: seules certaines villes ont voté pour le « Remain ». La rupture identitaire est la pire et pourrait augurer de mauvais jours pour le Royaume-Uni, qui n’a jamais si mal porté son nom. L’Ecosse a voté « Remain » et pourrait être tentée par un nouveau vote d’indépendance…

Le troisième constat concerne les premières indications sur les conséquences de ce Brexit. Des expatriés pourraient revenir. La City est paniquée et pourrait être fragilisée. Le prix de l’immobilier pourrait être réduit. Cela conduit à la remarque suivante : Cela est négatif pour le modèle économique britannique actuel, mais est-ce la catastrophe annoncée pour les habitants ? En effet, si l’on regarde les indices sectoriels de la bourse, si la baisse est générale, elle concerne, notamment, le secteur des sociétés financières. Les secteurs des biens de consommations, des services aux consommateurs, de la santé et celui de la santé diminuent de manière moins marquée. Ainsi, les secteurs de l’économie réelle semblent moins impactés. L’avenir le dira.

Le quatrième constat est l’aberration de la classe politique Française. Le vote « Brexit » était prévisible, mais beaucoup semblent surpris. Sur le plan du fonctionnement de la classe politique, la comparaison est terrible : Cameron démissionne, mais Balkany est réinvesti…

L’espoir est là : Ce Brexit pourrait être un déclic salvateur. Pour une fois, tout le monde parle d’Europe, avec un discours positif : « avancer », « changer » et pas pour dire « c’est la faute à la Commission ». Les pro-européens parlent d’Europe et ne laissent pas le sujet aux euro-sceptiques. François Hollande va recevoir l’ensemble des partis politiques.
Hollande avait déjà prévu de remettre le sujet au coeur de ses préoccupations. Il avait ainsi prévu une rencontre avec Merkel, avant même de connaître le résultat du référendum.

Mais, la crainte est également là : après le 21 avril 2002, aussi, la classe politique avait dit « on va tout changer ! ». Il ne faudrait pas un changement de l’Europe à minima, et en rester à l’Europe intergouvernementale, celle qui est morte en juillet 2015 lors des négociations sur la Grèce.
Il faut passer à une Europe politique, avec un parlement de la Zone Euro. Le sujet est sur la table et Hollande l’avait déjà évoqué à plusieurs reprises.

 

 

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s