Hongrie, Béziers, Russie, Israël : le même combat fasciste

La lutte contre le fascisme est un combat sans fin.

Le candidat de l’extrême-droite autrichienne a été battu sur le fil.

Mais, cela n’empêche pas l’extrême-droite de continuer sa progression partout : c’est maintenant Israël qui continue de prendre une direction vers le fascisme avec la nomination de Lieberman comme ministre de la Défense. Même les généraux israéliens sont inquiets!

En Autriche, les socio-démocrates et la droite n’ont pas fait un front uni contre l’extrémisme. Ils ont failli en payer le prix, en sous-entendant que ces idées étaient acceptables.

Mais, les terreaux du fascisme sont multiples.

La démocratie, lorsqu’elle est incapable de faire des réformes ambitieuses et repose sur des campagnes électorales mensongères, est un terreau en faveur du fascisme. La lutte contre le fascisme est un combat en faveur de toujours plus de démocratie.

La démocratie, lorsqu’elle permet d’élire des élus corrompus et que la justice fonctionne à deux vitesses, est un terreau en faveur du fascisme. La lutte contre le fascisme est, d’abord, un combat pour une justice équitable et ferme surtout envers les élites économiques et politiques.

La Gauche, lorsqu’elle lutte pour l’égalité des chances, mais oublie son combat pour l’égalité, est un terreau pour le fascisme. La lutte contre le fascisme est un combat contre les rentes, l’héritage et les inégalités qui dépassent l’entendement.

Plus de justice, plus de démocratie, plus d’égalité : les trois prochains défis de la France. Les trois prochains travaux européens…

Mais, le plus efficace moyen pour faire progresser le fascisme est de faire croire qu’on peut lui donner, un peu, raison.

C’est l’inverse. La seule manière d’intégrer est d’ouvrir et d’échanger. La seule manière d’assimiler n’est pas d’exiger l’assimilation, c’est d’accorder le droit de vote des étrangers aux élections locales, c’est de lutter contre le racisme, de mettre en place les CV anonymes… La seule manière de gagner contre le fascisme, c’est de faire la paix. Puis, de sortir les armes contre les ennemis de la paix.

La seule manière de gagner la lutte des classes, c’est de négocier avec le patronat. Via la démocratie sociale. Vive la loi Travail. Puis, de sortir les armes contre les ennemis du compromis : vive la loi Sapin qui va renforcer la lutte contre la corruption et les abus d’utilisation des travailleurs détachés.

 

 

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article a été publié dans Uncategorized. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s