Adapter les 35h : pour les sauver ou pour les assassiner ?

Macron vient d’en remettre une couche sur une réforme nécessaire des 35 h par la négociation.

Avant toutes critiques sans nuance, il est important de faire la part des choses. Premier point, il s’agit de donner « la capacité aux branches et aux entreprises de négocier des dérogations à la loi« . A droite, il s’agit de donner aux branches ou entreprises la possibilité de fixer l’horaire de travail. Dans le premier cas, les syndicats restent en position de force par rapport à la règle légale des 35 heures. Dans le second cas, le patronat aurait bien davantage de latitude pour arriver à ses objectifs d’augmentation du temps de travail sans aucune contrepartie.

Le deuxième point à avoir en tête avant toutes critiques est d’analyser le niveau de la négociation : par branche ou au niveau des entreprises.

Si les négociations devaient se faire par entreprise, le risque d’un cercle vicieux serait important : une première entreprise remettrait en cause les 35h. La deuxième deviendrait moins concurrentielle et serait donc obligé de s’aligner. La hausse du temps de travail rendrait les entreprises plus compétitives, mais en détruisant des emplois. L’impact sur l’emploi pourrait être négatif.
La remise en cause des 35 heures avec des négociations au niveau de l’entreprise n’est pas acceptable.

Néanmoins, rendre possible des négociations au niveau de la Branche, qui est le niveau de négociation du pacte de responsabilité, serait envisageable, avec une analyse sur les contreparties (pénibilité au travail, temps de repos, formation continue pour réorienter la carrière…). Au niveau de la branche, les syndicats sont suffisamment structurés pour avoir un certain poids, ce qui n’est pas le cas dans toutes les entreprises.

Une telle discussion par branche pourrait lever certaines difficultés sectorielles, qui conduisent à des critiques fortes. Ces critiques fortes, pour certaines légitimes, fragilisent les 35h puisque le patronat et une partie de la droite rejettent tellement les 35h que beaucoup appellent à la fin d’une durée légale. Moins de critiques permettraient de réduire les critiques de la droite et donc de maintenir les 35 en pouvant les assumer totalement. Pour, demain, mieux pouvoir passer à la semaine de 32 heures ?

Sources :

Négociation pour dérogation des 35h selon Emmanuel Macron
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2014/11/17/20002-20141117ARTFIG00417-macron-remet-en-cause-les-35-heures-et-l-indemnisation-du-chomage.php

Négociation pour fixer la durée hebdomaire pour François Fillon
http://www.lemonde.fr/politique/article/2014/06/25/francois-fillon-prone-la-rupture-totale_4444739_823448.html

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article, publié dans Economie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s