Le déficit, cette plaie de la France

Le blogueur Jegoun a repris l’article sur le pacte de responsabilité et le rapport de V. Rabault.

Son article résume et simplifie parfaitement les idées principales. Ce n’est pas directement le Pacte de responsabilité qui a un impact négatif sur l’emploi, au contraire, mais les baisses de dépense pour la réduction du déficit décidées par ailleurs.  Le pacte pourrait rapporter beaucoup plus que les 190000 emplois prévus, notamment en permettant de sauver certaines filières.

Le rapport de la dame valide le Pacte de responsabilité contrairement à ce qu’essaient de nous faire croire certains. C’est mal.

Par ailleurs, dans un autre article, le même Jegoun explique que la rigueur est bien nécessaire en France après 40 ans de déficit budgétaire : ça fait à peu près 40 ans que le chômage et les déficits galopent de concert. Quand l’Etat gagne plus que ce qu’il dépense, on appelle ça aussi une politique de la demande. Ça ne fonctionne pas. 40 ans d’une telle politique et la barre des cinq millions d’inscrits à Pôle Emploi vient d’être franchie. 

A ceux qui considèrent qu’un déficit est la solution, il s’étonne que le déficit progresse en même temps que le chômage… En effet, sur longue période, la hausse du déficit joue peu sur le chômage.
C’est cohérent avec la théorie de l’offre globale et de la demande globale. En effet, dans cette théorie économique, le déficit public a un effet à court terme, mais pas à long terme. A court terme, une politique budgétaire est efficace en cohérence avec la théorie keynésienne. Mais à long terme, une hausse du déficit ne joue pas sur le PIB et le taux de chômage, mais seulement sur les prix. On dit que le chômage et le PIB reviennent à leur niveau naturel.

Comme expliqué dans cette présentation de cours de Macroéconomie sur la théorie de l’offre globale et de la demande globale : « La politique budgétaire restrictive est dite déflationniste, L’impact sur le PIB (Y) n’a été que temporaire. » 

Une dette trop importante est un risque. Enfin, une dette entraîne des mécanismes redistributifs de tous les contribuables vers les plus riches (les détenteurs des obligations d’Etats via les intérêts). Ainsi, une diminution des déficits est indispensable.

Evidemment, cette diminution doit être modérée pour ne pas casser la croissance, et la Commission Européenne devra utiliser toutes les souplesses du Pacte de Stabilité pour laisser du temps aux Etats-Membres pour réduire leur déficit. C’est effectivement le compromis qui se dessine. La contrepartie de ce temps supplémentaire sera de mettre en oeuvre des réformes structurelles.

Mais à quoi servent ces réformes structurelles ? A augmenter le niveau de croissance de long terme. En économie, on parle de croissance potentielle. A l’heure actuelle, elle est estimée à 1,5 % entre 2015 et 2025 par l’Insee. Mais des réformes pourraient permettre d’accroître ce taux. C’est la raison de l’arrivée de Laurence Boone, ancienne de Bank of America, dans le cabinet du Président de la république : Accélérer les réformes structurelles.

Accélérer les réformes structurelles pour lutter contre le chômage et sans avoir à augmenté les déficits, puisque ces derniers ne sont efficaces qu’à court terme ? Ce qu’il fallait démontrer !

Donc oui, la baisse du déficit va réduire l’activité à court terme. Cette diminution sera sans impact à long terme. Surtout, les réformes structurelles (pacte de responsabilité, réforme de la formation professionnelle) pourraient accroître les potentialités de croissance pour demain.

Il ne faudrait juste pas oublier la lutte contre les inégalités en chemin…

La rigueur est de rigueur : http://www.jegoun.net/2014/06/la-rigueur-est-de-rigueur.html
Le pacte de responsabilité conforté ? : http://www.jegoun.net/2014/06/le-pacte-de-responsabilite-conforte.html
D’autres présentations avec des cours de macroéconomie : http://fab.guillemot.free.fr/Macro.html
L
e contenu en emploi de la croissance (2006) : http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/donsoc06x.pdf
Davantage de temps pour réduire les déficits : http://www.lepoint.fr/economie/regles-budgetaires-paris-et-rome-obtiennent-la-souplesse-reclamee-27-06-2014-1841406_28.php#xtor=CS3-190
Une croissance potentielle de 1,5 % : http://www.usinenouvelle.com/article/l-insee-voit-la-croissance-potentielle-a-1-5-entre-2015-et-2025.N199248
Laurence Boone et les réformes structurelles : http://actu.orange.fr/france/francois-hollande-recompose-son-cabinet-pour-mieux-preparer-les-reformes-structurelles-latribune_CNT0000002C8rV.html

 

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article, publié dans Economie, Gauche, Macroéconomie, Microéconomie, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Le déficit, cette plaie de la France

  1. Nicolas dit :

    Putain de bordel, mais arrête de faire des billets le dimanche soir alors que tout le monde regarde la coupe du monde…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s