Le coming-out Hollandais

«Quand on opère le malade, on ne lui dit pas ce qu’on va faire.». Un conseiller présidentiel en juin 2012. François Hollande ne réoriente pas sa politique : il l’assume enfin. A partir de là, il est plus simple de comprendre certains choix stratégiques : comment nationaliser Florange, lorsqu’on est social-libéral ?
Le débat change : avant c’était, qu’elle est la ligne, celle du Bourget ou celle de Delors et Mendes-France ? Pourquoi Hollande fait-il du compromis ? Mais pourquoi est-il si mou ?
Maintenant, les questions deviennent :
qu’est-ce qu’un bon social-libéralisme ? Le social-libéralisme peut-il réussir ?
Oui, François Hollande est « différent » dans le champ politique : il est social-libéral.
Mais c’est normal, puisqu’il est social-démocrate et qu’il recherche le compromis qui est créateur de paix. Compromis entre le marché et l’état, compromis entre les syndicats et le patronat.
Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article, publié dans Economie, politique, est tagué , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s