les élections allemandes : un très bon résultat pour l’Europe ?

Les résultats des élections allemandes sont sans surprise, tant la campagne de la gauche fut mauvaise et le bilan de Merkel en cohérence avec son électorat. Mais plusieurs éléments laissent augurer d’une suite positive pour l’Europe.

Cet article est issu d’une présentation Powerpoint faite en réunion de section du Parti Socialiste. La durée est de 15 mn et permet d’introduire le débat.
La présentation Powerpoint : elections allemandes – AG PS Orléans.

La campagne fut terne. La première explication est une mauvaise campagne de la gauche : un candidat peu convaincant pour le SPD et une mauvaise stratégie pour les verts. La seconde explication tient au fait que tout était plié d’avance : la victoire de Merkel acquise dès le début de la campagne. Un bon bilan sur la compétitivité et le chômage et sa défense des intérêts allemands dans la négociation européenne étaient en cohérence avec les attentes de l’électorat et du centre.

Une dernière raison est l’absence d’enjeux dans les débats : la position européenne de Merkel a le soutien de près des deux tiers des allemands et le SPD a soutenu les plans d’aide. De même, Merkel était d’accord avec le SPD sur la nécessité de la mise en place d’un salaire minimum ou sur une hausse des retraites de base, seules les modalités divergeant.

Ainsi, sans surprise, Merkel a fait un très bon score : mais surtout en faisant l’union de la droite. La quasi-disparition des libéraux au profit de Merkel explique son bon résultat. La CDU/CSU a également récupéré un nombre important d’abstentionnistes.

Dans le même temps, la Gauche est en baisse de 4 points par rapport à 2009 et de 8 points par rapport aux résultats de Schroëder

Plus grave pour la Gauche que cette simple défaite, elle apparaît structurellement divisée ce qui l’empêche de gouverner. Ainsi, le SPD est confronté à un dilemme. Certes, le choix de la « troisième voie » lui permettait d’être majoritaire sous Schroeder, mais l’empêche de gouverner avec Die Linke. Cette ligne ne lui permet plus de s’adresser aux abstentionnistes et l’interdit de construire des clivages avec la droite. Or ces clivages sont indispensables sur le long terme pour gagner la bataille des idées.

L’élimination des libéraux permet au SPD de gagner des voix et à l’ensemble de la gauche d’être majoritaire en sièges. Ainsi, la victoire de Merkel est, peut-être, un bon score pour la future politique européenne. La fin de la campagne pourrait conduire à un assouplissement des positions. La coalition avec le SPD ou les verts (peu probable) entraînera quelques compromis. Ne plus être dépendant des libéraux, dont les positions sur l’austérité étaient très fortes, permettra également une souplesse accrue. Enfin, au cours de la campagne, un tournant social a été évoqué tant par le SPD que par les libéraux : un salaire minimum ou une hausse des retraites de base sont à prévoir.

En conclusion, on peut espérer une petite relance de la consommation et des possibilités de compromis accru sur l’Europe.

Et si ce score était un bon résultat pour l’Europe ?

Publicités

A propos Benoit Bloissere

Mon compte twitter : https://twitter.com/ben_economics
Cet article a été publié dans Europe. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s